• Imprimer

Sortie Muséum du 27 avril

Lieu : Le Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse (consulter google map)

Nombre de personnes : 9.  Durée de la sortie : 3h05 Début de la sortie : 14h30

Membres CKPA présents : 3

 

 

Déroulement de la séance :

Le 27 avril 2013, a été pour le Canoë Kayak Plein Air l’après midi passionnant au fil de l’eau…La sortie durant laquelle l’environnement était conté. Les participants avaient rendez-vous à 14h30 devant le muséum, 35 allées Jules Guesdes à Toulouse. Après avoir pris les billets d’entrée, ils ont profité, de 15h à 16h, de l’exposition permanente sur l’ornithologie : 4 500 spécimens d’oiseaux des zones tempérées et des régions paléarctiques. A vous le plaisir de vérifier ces noms dans le « dico » et vous découvrirez pour quelles raisons on peut être sensible à la nature. Le muséum a conçu un parcours d’exposition sur 3 000 m²  Il faut y revenir souvent car il y a beaucoup à comprendre de notre environnement.

L’exposition sur l’eau a débutée à 16h.  Il a s’agit de s’appuyer sur un cours d’eau qui est très proche nous, qui prend sa source en Espagne à 3 400 m, entre en France aux gorges du Pont du Roi. Il parcoure 575 kms et se termine peu après Bordeaux, au Bec d’Ambés et court jusqu’à la mer. C’est la Garonne.

Tout au long de la rivière Garonne, on a des petits animaux, des êtres vivants pour lesquels l’eau est absolument indispensable. Dans les Pyrénées on trouve le rat trompette ; le Desmond des Pyrénées qui adore les courant d’eau ; le saumon ; l’anguille qui remontent la Garonne ; l’esturgeon qui vit avec la grande mulette ; le cingle qu’est un bio indicateur ; l’éphémère…

Les animaux importés tel que le ragondin pour remplacer le castor, la tortue de Floride abandonné au bord de l’eau après avoir été domestiqué, l’écrevisse de Louisiane qui ravagent l’environnement les autres poissons.

Il est donc très importent de regarder au bord de l’eau pour savoir où en est notre nature.

L’eau de Garonne est aussi celle qui coule de la majorité de nos robinets, on la boit, et on s’en sert  pour nos besoins quotidiens. Elle permet la production d’électricité dans les barrages à hautes chutes. Elle permet d’irriguer les cultures notamment en période de sécheresse. Elle favorise et améliore la navigation fluviale, permet la pratique des sports d’eau et la pêche.

Les êtres vivants ont une morphologie adaptée à leur environnement. Ainsi, certains êtres vivent dans des régions désertiques et arrivent à trouver l’eau (la rosée) grâce à leurs morphologie : scorpion jaune à queue large, rose de Jéricho, triops,  ténébrion, lézard moloch, crotale diamantin, dromadaire juvénile, fourmi à miel, cactus.

D’autres vivent dans des régions très froides : ours blanc, phoque du Groenland, brocasson rayé, manchot royal

Dans le monde, les peuples vénèrent les dieux pour avoir de l’eau. Différent symboliques existent de part le monde pour parler de l’eau : venus, la naissance, le baptême, le Gange.

2,5% du volume d’eau sur la planète est constitué d’eau douce, les mers et les océans composant les 97,5% restants. Où se concentre cette eau douce ? Plus des deux tiers dans les neiges et les glaciers, une large part dans les nappes souterraines, moins d’1% dans l’humidité atmosphérique… Ne reste alors que 0,3 % - soit environ 0,01% de la totalité de l’eau de la planète - dans les rivières, les réservoirs et les lacs, pour satisfaire les besoins de l’Homme et de son environnement : la boisson, l’hygiène, la production de biens alimentaires, énergétiques et industriels et les écosystèmes naturels. 

Le Canada est le plus grand consommateur par personne et par jour de l’eau. L’usage de l’eau dans la transformation des matériaux, dans les industries… L’eau virtuelle : c’est la quantité d’eau qu’il faut mettre en œuvre de la conception à l’obtention du produit fini. Exemple : la quantité d’eau qu’il faut pour extraire l’aluminium, pour avoir du café ou un morceau de viande…Lorsqu’il fait très chaud, l’eau s’évapore et s’élève sous forme de vapeur légère. En altitude, où l’air est plus froid, les nuages se forment par condensation. Brassé par l’air, les petites gouttes d’eau se ressemblent, forment de grosses gouttes qui tombent : il pleut ou ile neige. L’accès à l’eau potable est inégal dans le monde. 

L’homme cause des ennuis à la rivière, tout au long de son cours : 

-les fumées d’usines, la circulation automobile : dès la source, la rivière est arrosée de pluies acides. 

-les pesticides pulvérisés sur le les champs pour lutter contre les maladies finissent dans la rivière et l’empoisonnent. 

-les barrages sont des obstacles pour les poissons migrateurs ; quand les vannes sont manœuvrées, la rivière en Glossary Link aval est inondée ou asséchée, ce qui désorganise la vie des cours d’eau. 

-l’eau des sanitaires qui n’est pas toujours complètement épurée avant de rejoindre la rivière. 

-la pollution de l’eau aux hydrocarbures ainsi les déchets chimiques rejetés par les usines dans l’eau. 

-L’excès d’extraction des graviers de la rivière assèche le cours d’eau. 

Fin de la séance : 22h20. 

Les participants se sont retrouvés ensuite pour une petite collation.

 

Compte rendu réalisé par : Bernard